04 novembre 2006

Beau coup... de propagande!

Le Journal de Montréal publie ce matin une chronique d'un nommé Michel Vastel, qui aborde le viol des parts de fiducie dont le gouvernement s'est rendu coupable, et le traite de "Beau coup"!!!

Évidemment il ironise, croyez-vous? Hé non, il le croit vraiment!!!

Non mais qui est ce Vastel et sur quelle planète vit-il? Il n'a visiblement aucune compréhension du monde de la finance! Comment peut-on publier de pareils radotages?

"Personne n'y perd", écrit-il:

J'ai devant les yeux le cas d'un portefeuille de fiducies EXISTANTES qui s'est dévalué de précisément 16,445.10$ le 1er novembre et encore 7,392.85$ le 2. Total, 23,837.95$ Ça prend combien pour qu'on parle de perte?

[c'est seulement une perte] "sur papier", prétend Vastel:

Il faut être extrêmement cynique ou ignorant pour écrire une chose pareille. Les parts de fiducie sont subitement condamnées à une importante perte de revenus dans quatre ans, et c'est pourquoi personne n'en veut plus, donc leur valeur a baissé énormément. Ça s'appelle la loi de l'offre et la demande, dont Vastel n'a apparemment jamais entendu parler.

Ce n'est PAS une perte "sur papier" ça, c'est une baisse RÉELLE des revenus futurs de ces fiducies, donc de la valeur des parts. Et pire encore, une baisse totalement artificielle et imprévisible, planifiée et voulue par le gouvernement!

Si le gouvernement décidait subitement de payer sur les obligations du Canada seulement 66% des intérêts convenus, plus personne n'en voudrait non plus, et les détenteurs devraient subir une grosse baisse de revenus ou vendre leurs obligations à rabais; ça ne serait PAS pour eux une perte "sur papier".

Ou encore, si votre patron, roulant sur l'or, et strictement pour augmenter ses propres revenus, avait sans pré-avis coupé votre salaire de 34%, diriez-vous que vous ne subissez qu'une perte "sur papier"?


"Quant aux fiducies existant déjà, elles ont quatre ans":

C'est quatre ans de sursis, il n'y a aucune compensation là-dedans. En investissant de bonne foi dans des parts de fiducies, on calcule combien valent aujourd'hui les futures distributions de revenus sur une période illimitée, et on paie les parts en conséquence. Et voilà qu'on nous les coupe toutes sauf pendant quatre ans! La belle affaire! C'est comme si le gouvernement disait "Nous avons placé une bombe dans votre maison, mais votre maison vaut autant qu'avant parce que c'est une bombe à retardement!"


"Si perte il y a, elle sera étalée sur des années":

Autrement dit, notre investisseur décrit ci-haut n'est pas obligé de vendre ses fiducies, il peut les conserver sachant qu'à partir de 2011 jusqu'à sa mort, elles lui rapporteront environ 7,000$ de moins que prévu par année, alors il faut attendre 2012 pour protester?


"les fiducies de revenu étaient perçues comme des échappatoires fiscales":

Perçues par qui? Par ceux qui n'en ont pas, ou par ceux que Flaherty avait avertis et qui ont vendu massivement leurs fiducies en septembre, sans que les non-initiés sachent trop pourquoi?

Les fiducies ne sont PAS des "échappatoires". Leurs bénéfices sont imposés entre les mains des contribuables comme tous leurs autres revenus (de profession, d'emploi, de location, d'intérêts ou de pensions). La seule exception, c'est les bénéfices des compagnies limitées, qui, elles, sont imposées en double: une première fois au niveau de la compagnie (impôt corporatif), une deuxième fois au niveau des actionnaires (impôts des particuliers sur les dividendes). Il existe même une troisième imposition sur ces bénéfices, car si l'entreprise fait des profits, normalement la valeur de ses actions va augmenter, ce qui entraîne un impôt sur les gains en capital.

Ainsi ce ne sont pas les fiducies qui sont une anomalie, c'est la triple imposition des actions ordinaires, qui date de si longtemps qu'on en est venu à la considérer normale et tolérable, et que le gouvernement veut aussi imposer aux parts de fiducie!

Et peut-être décidera-il un jour d'imposer en triple votre salaire ou votre pension de vieillesse?

"Les investisseurs vont s'en remettre"

Telle semble être la conclusion de ce brillant Vastel. Malheureusement il oublie d'expliquer comment. Mais ce qu'il faut retenir de ces mots, c'est qu'il admet implicitement que les investisseurs y perdent dans cette manoeuvre totalement discriminatoire.

Les journaux ont fait tout un plat des pertes des investisseurs floués dans l'affaire Norbourg, des pertes totalisant quelques millions. Mais quand 100 fois plus d'épargnants sont floués 100 fois plus par le gouvernement, pour un total dépassant de beaucoup les 20 milliards (20,000 millions) y'a rien là???

           


Commentaires sur Beau coup... de propagande!

Nouveau commentaire